Comment insuffler de l’agilité dans les services RH ?

Comment insuffler de l’agilité dans les services RH ?

Article publié sur “La toile des recruteurs” par Alice Mariette le 21 décembre 2017

Les ressources humaines ont tout intérêt à participer à ce mouvement qu’est l’agilité en entreprise et qui favorise l’innovation. Mais comment ?

Flexibilité, amélioration du travail en équipe et augmentation de la productivité : l’approche agile a de nombreux avantages. Philippe Mast, CRHA, cofondateur du cabinet de recrutement CORTO.REV, considère cette approche comme « autoapprenante et innovante ». Selon lui, l’agilité qu’on voit dans de plus en plus de domaines a tout intérêt contaminer les ressources humaines. Comment et pourquoi s’inspirer de l’agilité dans les pratiques RH ?

Les avantages de l’agilité dans les services RH

« D’un point de vue macro, il s’agit de s’assurer que les structures décisionnelles et les processus de travail créent de la valeur au lieu de simplement créer de la sécurité », explique Philippe Mast. Les structures ont souvent beaucoup de processus décisionnels permettant d’assurer la stabilité, la conformité et la sécurité, mais qui finalement les rendent trop rigides. D’autre part, une organisation agile brisera les silos dans lesquels les entreprises travaillent la plupart du temps et favorisera la collaboration multidisciplinaire. Il s’agit aussi de remettre le client au centre du processus, à la façon du design thinking, autrement dit une collaboration qui part des besoins de l’utilisateur final. « L’organisation sera plus flexible, il y aura des actions beaucoup plus réussies », estime Philippe Mast, qui qualifie ceci d’organisation « darwinienne ».

Se poser les bonnes questions

Avant de passer au mode agile, on doit absolument clarifier le pourquoi. « Il faut vraiment donner un sens à ce changement, car ça peut être déstabilisant pour les équipes », note Philippe Mast. Selon lui, les questions majeures à se poser sont les suivantes : l’entreprise a-t-elle les bons leaders pour le faire ? A-t-elle la bonne culture, ainsi que la bonne structure ? « Si j’ai une structure extrêmement pyramidale, avec des processus très hiérarchiques, ce sera plus long », dit-il.

Mode opératoire agile

L’équipe peut commencer par se référer au « Manifeste Agile ». Au quotidien, l’équipe utilise des plateformes de collaboration, telle que Slack ou Asana, qui permettent d’assigner des tâches facilement. « Nous nous rencontrons plus souvent qu’avant, mais plus rapidement, puisque le partage d’informations a déjà été fait par Slack », explique Philippe Mast. Il s’agit d’en finir avec la rencontre formelle, trop longue et qui s’avère une perte de temps.

Par ailleurs, l’agilité permet la gestion transversale de projets. « Par exemple, il n’y a pas de description de poste, mais plutôt des rôles ; cela facilite l’engagement, et les gens voient leur travail valorisé », détaille Philippe Mast. En mode agile, personne ne se retrouve seul face à l’adversité. « Les responsabilités sont partagées », ajoute-t-il.

Pour finir, Philippe Mast tient à rappeler que deux questions restent cependant en suspens : en l’absence de description de postes, comment rémunérer l’agilité, et comment reconnaître le travail de chacun ? Plus les organisations adopteront ce modèle, plus on sera en mesure de le déterminer.

Cliquez ici pour lire l’article sur le site “La Toile des Recruteurs”.