Google: vers une culture de productivité et de gestion centralisée ?

Comme vous le savez, depuis 1998, Google a innové avec succès tant au niveau technologique que dans ses pratiques de management. Précurseur, symbole de réussite et d’excellence, Google est souvent donné comme exemple pour personnifier les meilleures pratiques en innovation. On a pu assister à la naissance de Gmail, Google Docs, Google Earth, Google Street View, AdSense, etc. Plusieurs de ces innovations sont nées du principe du 80/20, mécanisme basé sur l’organisation du temps de travail des ingénieurs et développeurs : 80% du temps, le salarié travaille pour l’entreprise, 20% du temps, sur un projet personnel. Cette pratique, à l’origine développée par la compagnie 3M (donnant notamment naissance au produit « Post-It »), reste l’une des plus connues et des plus citées dans les études de benchmark ! Conçue afin de réduire le taux de rotation des ingénieurs, elle était considérée comme l’une des « pièces maîtresses de cette machine à innover qu’est Google ».

Pourtant, dans cet article de Christopher Mims (Quartz, Août 2013), l’auteur affirme, preuves à l’appui, que la pratique des 80/20 n’existe plus au sein de Google (les employés parlent aujourd’hui plutôt d’une pratique des 120% (« 120% Time»))!

La pratique du 80/20 était synonyme d’une culture d’innovation, d’ouverture et de flexibilité, d’entrepreneuriat et d’excellence. Elle offrait un environnement propice au développement de la créativité et de la motivation intrinsèque (satisfaction personnelle), à l’inverse des politiques du bâton et de la carotte (« carrot and stick approach »). Ainsi, son abolition semble annoncer un virage vers une culture de productivité et de gestion centralisée, contrairement au leadership décentralisé !

Bref, voici quelques questions que nous pouvons légitimement nous poser : ce changement de philosophie est il dû au fait que Google a beaucoup de projets sur sa table à dessin (dont le smartphone Moto X prévu pour octobre 2013, Google Glass pour 2014) et doit se focaliser sur leur exécution? Ce qui nous ramène toujours à la question d’équilibre à trouver entre créativité (gérer des idées) et innovation (exécuter les meilleures). En ayant éliminé la pratique des 80/20, et en se focalisant principalement sur la productivité, est-ce que Google risque de souffrir de myopie ? Peut-il devenir le prochain Microsoft, en mal d’inspiration dans un marché où il n’a pas vu venir la menace des tablettes?

Bonne lecture,

Food for thought septembre 2013 cortorev.com

Philippe